Actualités

Green Power

Changement de façon culturale ou adaptation au changement climatique, nous avons décidé d'enherber la majeure partie de nos vignes à partir de ce millésime 2019.
Si cela est très souvent pratiqué dans la viticulture d'autres régions, la Bourgogne et sa haute densité de plantation complique cette pratique.
Nous avons souhaité utiliser des légumineuses, notamment trèfle et lotier pour ne pas concurrencer la vigne pendant la période estivale, et apporter le maximum de vie microbienne dans le sol.
Les avantages sont si nombreux que l'on se demande pourquoi nous ne l'avons pas fait avant : les racines plongent d'avantage explorer le sous-sol, il y a moins d'érosion, et le sol couvert est moins chaud qu'un sol nu.

Français

La guerre aux clones...

Point de Jedi ici, et vraiment rien à voir avec l'univers Star Wars...
Nous parlons du matériel végétal, c'est à dire la vigne et son patrimoine génétique. Le choix très restreint qui est proposé aux vignerons qui doivent replanter, un jour ou l'autre, leurs vignes parfois centenaires pose problème.
Et oui tout a une fin... Mais que fait on alors?
Grosso modo, les pépiniéristes proposent les "clones" sélectionnés par les organismes d'Etat, au beau milieu des années 70-80, pas forcément la période la plus clairvoyante sur les paramètres de qualité et de pérennité du vignoble. Et leur nombre est très limité, 3-4 si on élimine ceux qui n'ont vraiment aucun intérêt. La complexité des vins est donc menacée, et notre génération est la dernière a pouvoir faire ce travail.

Au domaine, cela fait maintenant quatre années que nous passons du temps pour repérer les pieds intéressants, les critères sont multiples, et nous les analysons pour pouvoir les replanter à l'avenir.
Sur la photo ci contre, la petite pépinière piochée par Baptiste (cette sélection est pour lui...) sert à conserver dans de bonnes conditions les plants sélectionnés en vue de leur multiplication, tout en continuant l'observation. En arrière plan, notre jachère de luzerne dans la parcelle de Clos des Argillières qui recevra au printemps 2019 notre sélection maison.
Que la Force soit avec la sélection massale...!

Français

Le cours du Bourgogne est-il corrélé à celui du Bitcoin?!

Janvier 2018, de retour d'Angleterre où les vins de Bourgogne rencontrent un franc succès pour la vente "En primeur", force est de constater que les millésimes petits en volumes mais intéressants qualitativement font grimper les prix des crus les plus convoités... Un nouveau site très bien fait, qui traite de ce sujet d'actualité passionnant est à suivre sur www.wine-lister.com

A cela s'ajoute aujourd'hui une forme de spéculation, à l'instar de la célèbre monnaie virtuelle...
Le vin, lui, est bien là. Tangible et vivant, mais s'il reste dans son flacon, quel est son devenir?
Nous essayons en tant que vignerons, de défendre malgré tout le concept un peu bizarre que le vin de Bourgogne est avant tout fait pour se faire plaisir à table, et qu'il est un élément de la convivialité.
Certes, seuls les Grands Crus qui représentent 1 à 2% de la production sont touchés, mais les présenter comme un produit financier a quelque chose d'un peu irritant pour nous qui connaissons toutes les difficultés du métier.
La conclusion s'impose: un très beau village d'un climat bien placé (Les Cras), ou un premier cru d'un bon vigneron d'une appellation moins prisée (Nuits St Georges), sont parfois de bien meilleures dépenses!

Français

Pages